L’enseignement explicite

L’enseignement explicite

Euh,… de quoi je vous parle là ?!

Et bien, tout simplement du fait qu’il faut expliquer à nos enfants comment faire, pour bien faire (pour paraphraser le super site de maitresseuh).

Deux de mes loulous sont dyslexiques et dysorthographiques, cette étape est donc essentielle pour eux.

Ils sont, tous les deux, très intelligents mais on tendance à :

  • rencontrer des difficultés à entrer dans une activité s’ils la jugent au premier abord difficile,
  • avoir des difficultés avec la lecture des consignes et, du coup, être persuadés qu’ils ne vont pas y arriver,
  • manquer de confiance en eux et se rabaisser systématiquement, si une bienveillance n’est pas là en soutien,
  • manquer d’autonomie vu que les consignes sont difficiles à lire, c’est handicapant pour la suite des exercices, même s’ils savent très bien faire la suite,
  • avoir des compétences dans pleins de domaines, mais avoir du mal à le reconnaître, à les valoriser et à les mobiliser,
  • se démotiver assez rapidement si l’effort demandé est trop conséquent dès le début avant même d’être lancé.

En expliquant la démarche qui va être utilisée, les consignes, les compétences qui vont être mobilisées mais également l’objectif final, il est beaucoup moins difficile de s’y mettre car le chemin est beaucoup plus clair : quoi, comment, pourquoi et avec quels outils.

Comment augmenter l'implication des élèves avec l'Enseignement Explicite
source : maitresseuh

Les méthodes d’enseignement structurées sont à privilégier pour les enfants ayant des troubles, ‘dys’ notamment. Elles leur évitent de se perdre dans une masse d’informations (parfois inutiles) afin d’aller droit au but. L’enfant ne se retrouve pas devant une nébuleuse, il sait où aller et comment s’y prendre. Il a, ensuite, bien souvent les capacités pour trouver les bonnes réponses par lui-même si tout est clair au début.

Le fait expliciter les consignes va permettre à l’enfant de se retrouver en terrain moins mouvant, il va se sentir en confiance et cette confiance engendrera de la réussite. Ce cercle vertueux lui permettra d’acquérir une plus grande autonomie et d’arriver progressivement à faire le tri, lui même, des informations qui ne lui sont pas utiles pour atteindre son objectif.

L’idée n’est, bien évidement, pas de ‘mâcher le travail’ mais bien d’amener l’enfant à se poser des questions sur les savoirs qu’il a déjà et qu’il va pouvoir mobiliser, les techniques qu’il va pouvoir utiliser (comment vas-tu faire…?) et l’éclairer sur la finalité de cet exercice. Concrétiser ce que cet apprentissage va lui apporter au quotidien, comment il va pouvoir le réinvestir, dans quel domaine de sa vie ça lui sera utile pour faire des connexions qui pourront être réutilisées ensuite.

Il est également utile de lui demander ce qu’il a appris une fois l’exercice réalisé. Lui faire poser ses mots sur ce nouvel apprentissage pour qu’il s’ancre véritablement.

Il va sans dire qu’il est aussi très important de valoriser ce qui a été fait, même si tout n’est pas parfait, pour encourager et reconnaître l’effort qui a été fourni.

Cette vidéo du réseau Canopée permet de voir, concrètement, comment ça peut se mettre en pratique en classe (l’exemple se passe en maternelle mais peut tout à faire être transposé à tout âge et à la maison également).

Le cahier émotions des enfants de Gilles Diederichs

Le cahier émotions des enfants de Gilles Diederichs

Petit cahier pratique pour découvrir les émotions et les accompagner au travers de 50 activités.

Ce petit cahier peut permettre de désamorcer bien des choses il faut néanmoins que l’enfant adhère et je pense qu’il faut inscrire ces pratiques dans sa vie de tous les jours pour que l’enfant arrive à participer, même si la situation est conflictuelle.

Un outil bien sympa malgré tout notamment pour nous, parents, pour apprendre à mieux connaître les émotions qui peuvent traverser nos enfants.

Apprendre autrement avec la pédagogie positive de Audrey Akoun et Isabelle Pailleau

Apprendre autrement avec la pédagogie positive de Audrey Akoun et Isabelle Pailleau

Apprendre à apprendre en plaçant le bien-être de l’enfant au cœur de l’apprentissage et en l’aidant à trouver en lui ses propres ressources pour surmonter ses difficultés et s’épanouir dans le même temps.

Les deux autrices montrent dans ce livre comment faire rimer travail scolaire avec plaisir, découverte et réussite. La «pédagogie positive » permet d’instaurer un climat serein pour les apprentissages (mais aussi durablement) en facilitant la mémorisation et l’acquisition de méthodes de travail efficaces de façon ludique et bienfaisante.

Ce livre m’a notamment permis d’apprendre que les cartes mentales (méthodologie de travaille qui date au moins des années 1970) ou mind-mapping ou carte araignée (selon le terme employé par mes enfants) peut être bénéfique pour les enfants, notamment ceux ayant des troubles ‘dys’. Il m’a aussi permis de découvrir les Lapbooks qui fond maintenant partie intégrante de notre vie et avec lesquels mes enfants manipulent des notions qui les rebutaient avant.

Il replace la curiosité de chaque enfant au cœur des apprentissages si tant est que l’on tient compte de leurs propres centres d’intérêts et de leurs envies. Il redonne, aussi, par là même, confiance aux adultes qui accompagnent ces enfants et leur permet de laisser entrevoir d’autres possibilités, plus sereines et plus réjouissantes pour tout le monde.

Il réactive le désir d’apprendre dans la joie et la bonne humeur !

Faire l’école à la maison de Isa Lise

Faire l’école à la maison de Isa Lise

J’ai lu ce livre il y a très peu de temps et il a vraiment fait pencher la balance concernant notre choix de scolarisation à domicile de nos deux enfant.

Généraliste, cette synthèse éclaire les parents qui s’interrogent à différents niveaux : le cadre légal, les outils disponibles, l’organisation à mettre en place à la maison… Toutes ces questions étaient pour nous relativement bloquantes et la lecture de ce livre a permis de déverrouiller certaines apprehensions.

Il donne en outre différentes pistes d’apprentissage pour les matières fondamentales. L’Instruction à domicile se construit au cas par cas pour chaque famille, en fonction de leur parcours, de leur composition, de leurs possibilités et envies, de leurs valeurs…

Nous n’avons pas choisi, pour le moment la piste du unschooling, car nous souhaitons et pensons que nos enfants doivent avoir une petite base scolaire notamment en grammaire et en mathématique mais nous ne voulons pas non plus reproduire l’école à la maison. Le chapitre sur les pédagogies qui sont inspirantes est vraiment intéressant et permet d’avoir un éclairage sur les différents courants.

Il a pour notre part, permis d’établir des passerelles entre différentes pédagogies qui nous parlent notamment Montessori et Freinet et de voir comment construire la méthode pédagogique que nous souhaitons mettre en place pour nos enfants.

Ce livre fait aussi le point sur importance de vivre dans l’instant présent, de profiter de chaque instant comme d’un potentiel moment d’apprentissage (sans en faire des tonnes pour autant). On apprend à chaque instant, au grès d’une balade, à la lecture d’une recette, en visionnant un reportage, en visitant un artisan ou un musée. Le tout est de savoir rester attentif à ce que nous renvoie notre enfant et de voir ce qui peut l’intéresser et l’accompagner dans sa réflexion et c’est à ce moment là que l’enfant devient acteur de sa démarche d’apprentissage.

Pour finir, ce guide fourmille de témoignages et de bonnes pratiques qui permettent aussi d’avoir des regards croisés de familles pratiquant l’instruction en famille.

A lire si vous vous posez des questions sur l’éventualité d’une ‘rupture’ avec le système scolaire classique.