Le centre de stockage des déchets radioactifs de Bure

Le centre de stockage des déchets radioactifs de Bure

Un drôle de sujet me direz vous ! Et bien, à l’heure où nous entendons tellement parler du réchauffement climatique, il nous a semblé intéressant de se renseigner sur les différentes énergies. Ayant de la famille dans la Meuse, nous avons eu la chance de pouvoir aller visiter le site de Bure, laboratoire expérimental permettant de faire des études et des recherches sur les techniques d’enfouissement des déchets radioactifs.

La radioactivité est due à l’agitation de certains atomes qui ne sont pas stables et qui cherchent à le devenir. Pour y arriver, ils vont se désintégrer en expulsant un morceau de leur noyau ou un électron. Ce phénomène va se traduire par un dégagement de chaleur sous forme d’énergie. Seulement, les déchets de cette fission peuvent être (hautement) radioactifs et dangereux pendant e très longues périodes… dans cette situation, ils posent véritablement souci.

Cette vidéo, de « C’est pas sorcier », explique vraiment très bien la radioactivité, le fonctionnement des centrales nucléaires mais également les différentes solutions actuelles et celles envisagées pour gérer les déchets dus à cette activité :

Vidéo de C’est pas sorcier sur la radioactivité

Un site d’enfouissement des déchets souterrain est prévu à Bure, à cheval entre la Meuse et la Haute-Marne, pour stocker les déchets radioactifs ayant une période de demi-vie moyenne à longue. Pour le moment, seules des études y sont réalisées, une éventuelle mise en service est prévue en 2025, pour les déchets déjà produits et ceux à venir sur les prochaines années.

Leena résume la situation de la manière suivante : « Des containers seront enfouis dans de gros tuyaux à 500m sous le sol. Ils descendront par un énorme ascenseur pour être stockés, ensuite, pendant des milliers d’années, en attendant la fin de leur radioactivité. »

Certes, la visite a été compliquée pour les enfants mais nous avons repris, avec eux, les différentes étapes et les divers points vus lors de celle-ci. Ils ne sont pas prêts à devenir des docteurs en physique nucléaire mais ils savent, maintenant, ce qu’implique l’utilisation des centrales nucléaires pour la production d’énergie.

Le projet étant de travailler sur les énergies alternatives, dans les prochains mois nous verrons l’éolien, la méthanisation, l’énergie crée par les usines marée-motrices et les panneaux solaires.

A bientôt pour un prochain article sur la production d’énergie en France.